1500 - 1800

Quels étaient les grands centres du marché de l’art en Europe au 18e siècle ? Qui en étaient les acteurs ? Dans quels réseaux professionnels et familiaux ces derniers s’inscrivaient-ils ? Où étaient situés les marchands de tableaux à Paris au siècle des Lumières ? A quoi ressemblait l’activité du marchande du Pont Notre Dame et la boutique de son plus célèbre occupant, François-Edmé Gersaint ?

La base de données et les applications de visualisation proposées ici visent à restituer sous une forme inédite les résultats d’une équipe de chercheurs qui se sont penchés – entre autres – sur ces questions, dans le cadre du projet Art Markets in Europe. Emergence, Development, Networks, 1500-1800, soutenu par l’ANR.

FR | EN

Cartographie des agents du marché de l’art en Europe

La base de données est destinée à fournir à la communauté des chercheurs une documentation inédite – dans le fond comme dans la forme – sur les agents du marché de l’art. Au cours de cette première phase, la base a été limitée aux informations recueillies par les différents collaborateurs dans le cadre de leurs propres recherches. Elle ne prétend donc nullement à l’exhaustivité et doit être comprise comme le point de départ d’une démarche expérimentale qui pourra être améliorée et enrichie dans l’avenir et à laquelle tout chercheur est invité à contribuer.

Cette base a été conçue pour réunir des informations sur l’identité, les activités et les relations sociales et professionnelles de figures qui ont joué un rôle actif dans les transactions commerciales d’œuvres et d’objets d’art au cours de la période moderne, sans pour autant qu’il s’agisse nécessairement de marchands d’art désignés comme tels dans les sources.

Sa conception a fait l’objet d’une réflexion méthodologique approfondie sur la notion d’agents faisant apparaître les difficultés à saisir l’activité d’un groupe socialement et professionnellement mobile et hétérogène dont les pratiques ont constamment évolué dans le temps et dans l’espace en fonction des situations locales et internationales variables.

Les données recueillies prennent en compte – autant que faire se peut – la variété de la qualification professionnelle de ces agents, les types de transactions, le volume des ventes, et les catégories d’objets qu’ils ont traités. Ces données sont destinées à étudier l’évolution de la professionnalisation et de la spécialisation du marchand d’art sur le long terme. Une attention particulière a été portée sur l’emplacement et la mobilité géographiques de ces agents selon un mode diachronique ainsi que sur l’étendue de leurs relations familiales et professionnelles à partir de données prosopographiques.

La visualisation : la multiplicité de ces informations, les croisements et liens complexes qu’elles induisent ont conduit à les intégrer dans le projet de visualisation afin d’en faciliter l’appréhension et l’interprétation. Il s’agit, en particulier, d’améliorer la compréhension de la mobilité des agents du marché de l’art ainsi que de leurs modes d’organisation collaborative et relationnelle.

La géo-localisation des agents est associée à des liens ouvrant sur les métadonnées contenues dans les fiches de la base. Un système de cartographie avec géo-référencement (GIS) associé à une timeline couvrant un séquençage du temps sur plus deux siècles est conçu afin de mettre en évidence des informations croisées qui n’auraient pas pu apparaître de manière aussi synthétique sans le recours à ces technologies.

Les deux objectifs majeurs de cette réalisation consistent d’une part à faciliter l’étude des circuits commerciaux et d’autre part à définir la nature et l’intensité des liens entre agents afin de mettre en évidence l’existence de réseaux sociaux.

Cartographie des agents du marché de l’art en Europe